• Je Marche pour Colloma

Etape 37: Roncesvalles à Larrasoaña

Circuit du jour:



Notre pèlerin au jour le jour


Jour 37... Papa est bien arrivé à Larasauna. 29,5 km de descente, enfin presque... le rythme de la tête et du corps lui donne envie d'aller toujours plus loin. De nouveau, une magnifique journée tant par la marche, l'esprit, les rencontres même très courtes et un soleil radieux. La température de cet après-midi était de 27 degrés... c'était super en descente... autre chose que chez nous...🤔 Il est pour l'instant installé confortablement en plein soleil sur la terrasse du gîte pour vous écrire... ne nous narguerait-il pas un peu? Ils sont environ 25 dans des dortoirs de 6 lits. Très calme... ouf... et d'après ce qu'il sent venir des cuisines, cela ne devrait pas être trop dégueu😉... Papa et son ventre... 🤣 Il adore tous vos commentaires sur Facebook, ça le rebooste énormément. Demain, il arrivera à Pamplune en début d'après-midi et il en profitera pour visiter ce qu'il y a d'intéressant là-bas. Il repartira pour un gîte à 5 km de là. Il ne sait pas ce qu'il y a en lui... mais il ne veut pas quitter cette ardeur qui le tient... mais tranquillisez-vous, il sait maintenant où sont ses limites... 🤔 Il avait oublié de vous dire que hier soir il a assisté à une très belle messe à l'abbaye de Roncevaux et qu'en plus, à la fin de la messe, il a reçu la bénédiction du pèlerin. Il a perdu ses deux anges gardiens il y a quelques jours mais il les a retrouvé hier soir dans son coeur. Il remercie le Seigneur de le suivre et de le protéger chaque jour... Il vous embrasse tous très fort... A demain pour de nouvelles aventures🤗

L'info tourisme du jour


Larrasoaña et ses bandits.

Le village de Larrasoaña s'est développé autour de son monastère. Situé sur le chemin de Compostelle, il possédait au 11e siècle, un hôpital pour les pèlerins. L'hôpital et le monastère sont aujourd'hui en ruines, mais le pèlerin d'aujourd'hui peut encore voir le pont sur le Rio Arga, construit au 14e siècle et maintes fois restauré. Ce pont était surnommé "le pont des bandits"...

Si l'on en croit Aimery Picaud, le pèlerin pouvait en effet, craindre pour sa sécurité en Navarre! Dans le guide du pèlerin, il dit des habitants de Navarre : "C'est un peuple barbare, différent de tous les peuples et par ses coutumes et par sa race, plein de méchanceté, noir de couleur, Les deux visages, débauchaient, pervers, perfide et déloyal. Pour un sou seulement, le Navarrais ou le Basque, tue, s'il le peut, un Français.

Soyez sans crainte, la région est plus hospitalière pour les pèlerins d'aujourd'hui.


Reportage photo:





40 vues2 commentaires
image.png