• Je Marche pour Colloma

Etape 47: San Juan de Ortega à Villalbilla de Burgos

Circuit du jour:



Notre pèlerin au jour le jour


Jour 48... Et voilà... me revoilà pour le résumé de la journée de Papa. Départ ce matin vers 7h50, il faisait encore noir et c'est la lune qui servait de Petzl. Il a fallu que Papa enfile sa veste de pluie car la matinée était très venteuse, glaciale et avec une légère bruine. Il a fait gris et froid toute la journée mais malgré cela, le moral et les jambes étaient au beau fixe. 😁 La descente vers Burgos fut pénible car le sentier était rempli de cailloux qu'il fallait éviter sans cesse. En arrivant dans les faubourgs de Burgos, les zones industrielles et urbaines l'attendaient... et il a choisi de changer son itinéraire en passant par la rivière qui longe tout Burgos... vive le GPS!🤓 La visite de la ville fut alors évitée... mais le parcours fut vraiment très agréable, passant en plein milieu d'un parc. Le prix des chambres étant beaucoup trop cher pour la bourse d'un petit pèlerin, Papa a continué à marcher... il est arrivé dans un petit village en dehors du chemin où il a trouvé un petit hôtel très raisonnable en face du bar... Et heureusement pas au-dessus de celui-ci car la télévision était mise à fond. 😨 En arrivant à Villalbilla de Burgos, il s'est fait arrêter par une personne qui cueillait ses pommes... et ils ont bien partagé le chemin. Il lui a donné trois pommes et voulais encore remplir son sac à dos... 😂 Les kilomètres avancent et à l'heure où Papa vous écrit, il lui en reste 498 km à faire.😍 Aujourd'hui, Papa en a marché 36. Demain, il sera plus raisonnable et n'en fera que 24...j'attends de voir... 🤔

L'info tourisme du jour


Burgos

Burgos est une ville du nord de l'Espagne, chef-lieu de la comarca de l'Alfoz de Burgos, dans la Communauté autonome de Castille-et-León, capitale de la province de Burgos. Elle est traversée par la rivière Arlanzón, qui appartient au bassin du Duero. Sa position isolée sur un plateau à près de 900 m d'altitude l'expose souvent aux rigueurs des vents froids (« neuf mois d'hiver, trois mois d'enfer ».) Du temps d'Aimery Picaud, on entrait dans Burgos par la porte Gamonal au nord-est de la ville. On s'y s'attardait peu, la ville étant une simple étape sur le Camino francés.

Lors de la traversée de Burgos, à partir de 1221, les pèlerins passaient à côté de la cathédrale en travaux. Au xve siècle, ils pouvaient apercevoir de loin les deux flèches de la cathédrale.

La ville ne comptait pas moins de trente deux hôpitaux de pèlerins, dont l'hôpital San Juan Evangelista et l'Hospital del Rey.


Reportage photo:




34 vues1 commentaire
image.png